Chine (région du Yunnan) "Les marches tibétaines" - Novembre 2007 - Le Globe Trotteur
 

Accueil > Chine > Chine (région du Yunnan) "Les marches tibétaines" - Novembre 2007

Chine (région du Yunnan) "Les marches tibétaines" - Novembre 2007

Rédigé par Arnaud - - Aucun commentaire

dsc_9359.tbLa Chine comprend de nombreuses régions toutes aussi différentes les unes que les autres. Dans ce voyage nous allons voir seulement une région particulière de ce pays (sud-ouest) : le Yunnan. Ici tout respire l’Asie profonde : celle des villages ancestraux, des monastères, des pagodes et le début de la chaîne Himalayenne. Cette région du Yunnan est un rassemblement de nombreuses ethnies. Plus de 51 minorités y sont comptées et leurs coutumes sont encore bien préservées actuellement dans les villages. Nous allons voir pendant ce récit deux ethnies importantes : les Naxis (ça se prononce nachis) . Il y aenviron 300 000 habitants actuellement et la minorités des Yi. J’étais avec un groupe de Terres d’Aventure, nous étions dix. C’était un groupe vraiment très sympathique. Nous sommes partis de Kumming pour arriver en fin de voyage à Zhongdian au nord du pays. Nous ont accompagnés aussi pendant ce voyage deux guides chinois : l’un parlant bien français, il était très intéressant et savait beaucoup de choses sur son pays. Nous avions en plus un chauffeur qui malgrés les routes difficiles a été remarquable

1 - Carte de parcours et informations sur le pays :

chine.tbDrapeau chinois :

drapeau_chinois

Population : 1,3 milliards d’habitants
Superficie : 9 596 961 km²
Capital : Pékin
Langue : Mandarin
Monnaie : Le Yuan
Politique : Dictature démocratique

2 - La préparation :

Le Vol :

Pour aller dans la région du Yunnan, la ville importante où il y a un aéroport est Kumming. A partir de la France, nous ne pouvons pas atteindre directement cette ville. Il faut faire obligatoirement une escale à Bangkok (Thailande) ou à Honk Kong. Plusieurs compagnies peuvent vous acheminer à cette destination, nous avons choisi pour ce voyage la compagnie Cathay Pacific et nous avons fait une escale à Honk Kong. Cette compagnie est correcte, les repas à bord sont biens et le personnel est très agréable. Ensuite nous avons pris une compagnie intérieure pour aller à Kumming : Dragonair, là non plus, rien à dire sur cette compagnie, tout est correcte. Pour à Dali et Zhongdian, nous avons pris la compagnie China eastern. Si vous souhaitez partir très prochainement pour cette destination, vous pouvez réserver votre billet d’avion directement ci-dessous sur le site de Go Voyages :

Les formalités :

Pour aller en Chine, il faut évidemment un passeport dont la validité est supérieure à 6 mois après la fin du séjour envisagé. Il faut aussi un visa que vous pouvez obtenir directement au Consulat de Chine à Paris à l’adresse : 18-20, rue Washington, 75008 PARIS. Mais faites attention, car les délais de demande et de retrait sont quelques fois très long. J’ai lu sur plusieurs forums, qu’il faut arriver au moins une heure à l’avance avant l’ouverture des portes et que le délai d’attente peut durer 3 à 4 heures. Et si vous n’êtes pas passez avant midi, vous n’avez pas de temps supplémentaires et vous pourriez revenir le lendemain. J’ai testé cette fois-ci (comme je n’avais pas trop de temps), l’agence Action Visa pour l’obtenir. Je suis allé directement déposer à l’agence (69 rue Glacière – 75013 PARIS) mon passeport avec les formulaires (1 pour le consulat et 1 pour Action Visa) que vous pouvez télécharger directement sur leur site et les remplir. Vous amenez le tout à l’agence et ils s’occupent pour vous de la demande et du retrait du visa. Le délai d’obtention normal est de 5 jours (si vous êtes pressé, cela est plus rapide et plus cher évidemment). Il suffit de téléphoner à l’agence pour savoir si votre passeport est arrivé et de le retirer directement chez eux. Le côut est de 27 euros, plus évidemment le coût du visa (35 euros pour la Chine). Il y a une chose à savoir et cela peut être intéressant si vous faites escale à Honk Kong, pour les ressortissants français il n’y a pas besoin de visa d’entrée pour visiter cette ville, le passeport suffit.

Santé :

Il utile pour aller en Chine, surtout dans la région du Yunnan, de faire les vaccins contre les hépatites A et B. Il est recommandé de faire les vaccins aussi contre le Tétanos et la thyphoïde. Pour la région du Yunnan sud, un traitement antipaludéens est à envisager. Sinon pour le reste les médicaments en vigueur et habituel pour ce voyage sont nécessaires. Comme nous touchons les montagnes de l’Himalaya et il fait de plus en plus froid, des médicaments conte la toux et le rhume sont recommandés.

Hébergement :

Le systéme des hôtels fonctionnent normalement dans la région du Yunnan. Vous pouvez trouver dans les grandes villes comme Kumming, Dali, Lijiang et Zhongdian de nombreux hôtels. Je vous déconseille un hôtel que nous avons eus pendant notre séjour à Dali, c’est le Golden Flower Hotel, il est très bruyant, et c’est pire la nuit ! Hors des grandes villes, il est un peu plus difficile de trouver des bons hôtels, se sont quelques fois des auberges rudimentaires (sanitaires communs), mais il sont aussi confortables et les personnes qui tiennent ces auberges sont très chaleureuses.

Nourriture :

La nourriture dans le Yunnan est comme le reste de la Chine, un peu grasse. Néanmoins elle est un peu plus différente dans cette région, car les produits utilisés sont locaux. Pendant notre séjour, nous n’avons pas eus malheureusement la même nourriture que les chinois. Nous avons eus à chaque fois plusieurs plats de viandes et de légumes sautés et du riz. Nous n’avons pas gôuté à des soupes ou ce que mangeaient réellement les chinois. Je pense pour nous occidentaux, la vue de cette nourriture était pour certains un peu difficile.

L’argent :

La monnaie chinoise est le Yuan (¥). Un euro vaut environ 10 Yuan. Vous pouvez faire du change dans les aéroports, les hôtels et les banques chinoises. Eviter de prendre de l’argent dans les distributeurs, sinon vous aurez une commission assez élevée.

3 – Le séjour :

dsc_8131.tbVendredi 9 et samedi 10 novembre 2007 : J’avais rendez-vous à l’aéroport pour 10 heures afin de prendre les billets d’avion. En arrivant je fais la connaissance de quelques personnes du groupe. Après avoir enregistré, nous décollons vers une heure de l’après midi. Nous avons a peu près 11h30 de vol jusqu’à Honk Kong. Pendant le trajet nous survollons le nord de l’Europe, la Russie pour ensuite piquer vers l’Asie et la Chine. Nous arrivons le lendemain vers 7h00 du matin (heure locale) à Honk Kong, où nous devons attendre environ 4 heures pour le prochain vol vers Kumming. Nous découvrons l’aéroport giganstesque et très moderne de Honk Kong. Cet aéroport est composé d’un hall énorme et d’une salle d’embarquement de plus d’un kilomètre environ. Au bout de ce hall, vous pouvez admirrer, s’il n’y a pas trop de brumes à gauche, les buildings de Honk Kong. Comme nous repassons à la fin du séjour à cet endroit pour retourner en France, je vous conseille d’allonger un peu votre séjour et de prendre deux jours supplémentaires pour visiter la ville de Honk Kong. Avec Terres d’Aventure c’est très possible, il suffit de voir avec eux s’il y a de la place dans les prochains vols. Quelqu’un de notre groupe a fait cette démarche et il a visité cette grande ville de Chine.

Album de photos : Aéroport de Honk Kong

dsc_8213.tbAprès 2h30 de vol entre Honk Kong et Kumming nous arrivons en milieu d’après-midi à Kumming. Nous sommes accueillis par le guide qui passera seulement cette fin de journée avec nous. Le vrai guide que nous allons avoir pendant le séjour sera là que le lendemain. Après avoir déposé les bagages à l’hôtel, le guide nous emmène visiter un peu les rues de Kumming. Nous parcourons au début la ville moderne de Kumming et ses grands buildings construits le long des rues. Nous sommes surpris par le peu de bruit du traffic. Les véhicules dans cette ville sont peu bruyants, nous nous sommes aperçus que la plupart des véhicules fonctionnent à l’électrécité. Cette ville fait un grand pas en avant vers l’environnement et nous pensons qu’à Paris il devrait y avoir la même chose. Ensuite au bout d’une heure de marche nous arrivons vers une grande place pietonnière et nous nous dirigeons vers la vielle ville de Kumming. Ici nous parcourons les vielles ruelles où nous voyons la vie dans la rue. Nous parcourons le petit marché aux fleurs, où nous admirrons une multitude de plantes et d’animaux, il y a aussi de grands aquariums où vivent de nombreux poissons différents. En début de soirée, nous allons dîner dans un vieux restaurant où nous pourvons admirrer la belle architecture typique chinoise. Après le dîner nous retournons à l’hôtel en parcourant les rues illuminées par ces grands buildings.

Album de photos : La ville de Kumming

dsc_8276.tbDimanche 11 novembre 2007 : Nous partons tôt le matin pour l’aéroport où nous nous envolons vers notre prochaine étape : Dali. Nous arrivons une heure et demi plus tard à Dali, nous faisons connaissances avec le guide chinois et le chauffeur. L’aéroport de Dali est assez loin de la ville, il faut compter environ une demi-heure pour rejoindre la nouvelle ville, ensuite une autre demi-heure est nécessaire pour aller à la vieille ville. Nous partons directement visiter la pagode et le haut Stuppa de Dali. Il culmine à plus de 69 mètres, de chaque côté se trouve deux petits autres Stuppa de 30 mètres environ. Un ticket d’entrée est obligatoire (environ 80 Yuans) pour la visite des pagodes et des temples, elle dure environ deux heures. C’est une succession de 10 temples qui montent progressivement vers le flanc de la montagne. Il est malheureusement interdit de prendre des photos à l’intérieur des temples, ce sont des lieux sacrés. Cette pagode date du IXème siècle, elle est à l’apogée de la dynastie Tang. Du dernier temple, un peu plus haut que les autres, vous pouvez admirer (si le temps le veut bien) le lac Erhaï, la vielle ville de Dali et aussi la succession des temples de cette pagode. Après avoir déposé les bagages à l’hôtel et déjeuner dans un restaurant de la vieille ville, nous partons en début d’après midi vers le télésiège au pied de la montagne de Can Shang. Nous grimpons jusqu’au monastère Taoïste de Zhung Hé. Le billet pour prendre le télésiège est d’environ 20 Yuans.Je vous conseille pour la monter de bien vous couvrir en vêtements de pluies, car les sièges ne sont pas protégés et s’il pleut, vous serez trempés en arrivant (c’est ce qu’il s’est passé pour nous). Arrivé au monastère, nous visitons ce petit temple et nous partons pour une petite randonnée autour de la montage, par un chemin entièrement en pavé. La marche est ainsi très facile. Le soir après le dîner nous marchons tranquillement dans les rues illuminés de la vieille ville de Dali.

Album de photos : Dali et la pagode

dsc_8385.tbLundi 12 novembre 2007 : Avant de partir, pour aller visiter le marché de Shuanglang, nous nous arrêtons en chemin pour admirrer de nombreux chinois pratiquer le Tai Shi Shuan. C’est vraiment le sport national dans ce pays. Pratiquement tous les chinois pratiquent cette discipline le matin avant de commencer leurs activités, et c’est à tous âges. Nous partons faire le tour de lac Erhaï, visiter un marché ouvert seulement le lundi, dans le village de Shuanglang. A l’approche de ce marché, une seule petite rue vous y amène, elle est bloquée par une multitude de petits véhicules qui sont stationnés pour permettre à la population de remporter leurs provisions. C’est un véritable embouteillage ! En essayant difficilement de nous frayer un chemin, nous sommes bousculés par des vieilles femmes Naxis, portant sur le dos de grands paniers, les produits du marché. Ce passage est assez drôle, en arrivant enfin au marché, nous voyons beaucoup d’étales de légumes, de viandes et de produits que nous ne trouvons pas dans notre pays. Il y a dans ce marché beaucoup d’habitants de la minorité Naxis. Après la visite de ce marché, nous reprenons le bus, pour nous arrêter à nouveau dans un autre village. Nous traversons ainsi la rue principale de ce village, ou l’architecture Bai des maisons chinoises est bien présente. A la fin de ce village au bord du lac, nous pouvons voir la petite île de Putuo, consacrée à la déesse Guanyin. En fin de journée, à l’approche de la montagne de la « Patte de coq », nous nous arrêtons pour une faire une heure trente de randonnée autour de la montagne, par la route. Les paysages sont vraiment beaux et nous pouvons admirrer en arrivant, le monastère du mont Jizu perché tout en haut de cette montagne. Ce sera le but de notre randonnée du lendemain.

Album de photos : Le marché de Shuanglang

Album de photos : Un village à l’architecture Bai

Album de photos : Randonnée vers le mont Jizu Shan

dsc_8558.tbMardi 13 novembre 2007 : Cette journée de randonnée est certainement l’une des plus fatiguantes que nous avons eus pendant notre séjour. Nous partons vers 8h00 pour commencer à grimper vers le monastère de Jizu qui est tout en haut d’une des 5 montagnes sacrés de Chine. Le chemin est très facile et il est bien marqué. Il est fait jusqu’au bout de pavés et surtout de nombreuses marches. Il est aussi très emprunté par les pellerins venus de toute la Chine. Le point de départ est situé à peu près vers 2000 mètres pour arriver au monastère environ à 3200 mètres d’altitude. Ce chemin est vraiment fatiguant pour les jambes et pour le souffle. Si vous le faites entièrement comme on l’a fait, vous allez avoir un peu de mal pour arriver jusqu’au bout. Aussi cette montée a été facilité, au milieu du parcours dans la partie la plus difficile, se trouve un télésiège qui peut pour quelques Yuans vous emmener tout en haut. Si vous montez par le chemin, vous allez certainement vous arrêtez à plusieurs petits monastères Zen et taoiste vraiment très beaux. A l’arrivée le paysage est vraiment magnifique et si vous avez un temps clair comme on a eu, c’est encore plus beau. Vous pouvez admirrer très loin jusqu’à Dali, le lac Erhai et jusqu’à la montage de Can Shang. Le monastère a aussi beaucoup de charme, mélangé de style taoiste et tibétain, il vous enchantera par sa beauté. A la fin de la visite, nous avons emprunté le télésiège pour redescendre la montagne et aller déjeuner. Après avoir repris des forces nous reprenons le bus pour 3 heures de route jusqu’à Dali et retourner à notre hôtel du premier soir dans cette ville. Avant le départ du bus nous nous arrêtons pour aller visiter le temple de Zhusheng au pied de la montagne. Ce temple est vraiment à voir car il est vraiment grand et très beau.

Album de photos : Le mont Sizu et son monastère

dsc_8643.tbMercredi 14 novembre 2007 : C’est une journée de transfert qui nous attend, pour rejoindre la ville de Lijiang. En chemin nous nous arrêtons pour visiter un artisanat de Batik. C’est une technique de teinture de tissu. La technique utilisée ici consiste à appliquer sur le tissu une matière imperméabilisante (amidon, cassave et cire en Afrique, pétrole en Afrique et en Asie) sur les parties de la tenture que l’on ne veut pas teinter. Le maître batikier prépare lui-même ses teintes. Après le trempage du tissu les motifs imperméabilisés apparaitront non teints dans la couleur initiale du tissu. On fait alors bouillir le tissu afin de faire fondre la cire. Chaque couleur du batik nécessite un bain de teinture : il y aura autant de bains différents que de couleurs. Nous reprenons la route jusqu’en milieu d’après midi et nous nous arrêtons au pied de la montagne de Yun Ling. Selon la légende, un ancien empereur Da Yü (le gran Yü) aurait placé cette montagne à cet endroit pour éviter que les eaux du Yang Tsé Kiang continuent vers l’océan Indien et qu’elles aillent vers l’est rejoindre le Fleuve Jaune afin de créer un endroit propice à la naissance de la civilisation chinoise. Cette petite randonée de 3 heures nous l’avons faite sous la pluie, mais en arrivant nous apercevons pour la première fois de notre séjour le fameux fleuve Yang Tsé Kiang. Après la randonnée nous reprenons la route pour deux heures environ et nous arrivons de nuit à Lijiang.

Album de photos : Randonnée sur le mont Yun Ling

dsc_8650.tbJeudi 15 novembre 2007 : C’est aussi une grande journée de visite et de marche qui nous attendent. Nous partons à 8h00 à travers les petites ruelles de Lijiang. Ces petites rues sont vraiment typiques de la Chine profonde. Cette petite ville est peuplée en majorité par les Naxi. Par son développement touristique grandissant, elle est inscrite depuis 1997 au patrimoine mondial de l’Unesco. Il est vrai que cette ville est énormément touristique, chaque maison de la vieille ville abrite une boutique ou un restaurant. Ces maisons sont vraiment magnifiques, faites de bois sculptés et de pierre, elles sont vraiment belles. Le tourisme de Lijiang est essentiellement chinoi, il y a très peu de touristes étrangers. Nous nous dirigeons à la fin de la ville, vers le bassin du Dragon Noir. Le billet d’entrée est de 60 Yuans. Nous visitons ce magnifique bassin, normalement derrière nous pouvons admirrer la magnifique chaîne montagneuse du Dragon de Jade, mais ce jour là avec le mauvais temps, ça n’a pas été possible. Tout autour ce trouve la magnifique résidence Mu, à voir absolument c’est très beau. La pagode Wangou est aussi à voir. Nous nous arrêtons un long moment à l’institut de recherche Dongba (sage religieux chez les Naxis). Un jeune étudiant Dongba nous entraine dans une petite visite de cet institut. Nous rencontrons plus tard le maître spirituel qui nous fait une démonstration de l’écriture Dongba. A la fin, pour 100 Yuans, vous pouvez emmener un parchemin avec votre prénom, votre date de naissance et surtout et un petit mot personnel en lettres Dongba. Nous avons déjeuné ensuite dans un petit village Naxis qui se trouve à la fin de ce parc. Après le déjeuner, la pluie commence fortement à tomber. Après avoir enfilé les vêtements de pluies, nous nous apprêtons à faire une randonnée de trois heures dans la montagne couverte de sapins. Après plus de deux heures de randonnées sur des chemins escarpés, nos guides se sont quelque peu perdus. Vers 17h00, comme la nuit allait tombé dans une heure trente, les guides ont décidés de rebrousser chemin et de redescendre à toute vitesse avant la nuit, à Lijiang. D’après le programme nous devions passer un nuit chez l’habitant en haut de la montagne. Les guides ont trouvés en catastrophe un hôtel à Lijiang. Comme c’est une ville très touristiques, trouver un hôtel au dernier moment est un parcours du combattant. Nous arrivons après une heure de marche dans la nuit et sous la pluie à notre hôtel, nous étions frigorifés et fatigué.

Album de photos : La ville de Lijiang et le bassin de Dragon Noir

Vue 360° Ville de Lijiang (nécessite Quicktime ou Flash): Vue 1 Vue 2 Vue 3

dsc_8908.tbVendredi 16 novembre 2007 : Le bus nous amène à quelques kilomètres de Lijiang au pied du montagne. Nous marchons à travers un bois pour arriver à un petit monastère tibétain au nom de Puji. Ce petit monastère a beaucoup de charme, il est gardé par deux petits moines de 14 ans. Ces moines sont vraiment très amusants et très complices entre eux. Ils nous emmènent à l’intérieur du temple. Nous offons ainsi quelques tiges d’encens aux dieux tibétains pour les honorer. En échange ces deux petits moines nous font cadeaux d’un petit collier porte-bonheur, avec un minuscule cailloux au bout. Ensuite ils nous font visiter leur lieu de vie et nous terminons la visite par leur jardin. Nous dégustons quelques fruits qu’ils attrappent dans les arbres. Nous les remercions et nous les quittons en les saluant très chaleuresement. Ce monastère est vraiment isolé et je pense que nous leur avons amené un peu de distraction. Nous avons appris un peu plus tard que seuls les groupes de Terres d’Aventure leur rendaient visites. En redescendant du monastère nous nous dirigeons en marchant vers une petite ville qui se trouve derrière Lijiang. Cette ville assez typique s’appelle : Shuhe. Nous la traversons où nous voyons de nombreuses rues anciennes, la population Naxis et des canaux. A la fin de la balade, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un restaurant typique. Après le déjeuner le bus nous ramène à Lijiang où l’après-midi est libre pour aller explorer la ville ancienne de Lijiang. Nous avons décidé cette après-midi de sortir un peu des lieux touristiques et nous nous enfonçons un peu plus loin dans les ruelles où il y a peu de monde. En fin de journée, avant d’aller dîner nous pouvons admirrer les belles lumières des maisons et des restaurants. A la fin du dîner, nous fêtons l’anniversaire du doyen de notre groupe (Jacques – 74 ans !)

Album de photos : Monastère de Puji, village de Shuhe et balade dans Lijiang

dsc_8979.tbSamedi 17 novembre 2007 : Nous quittons Lijiang pour monter encore plus au nord à 3 heures de route vers les gorges du saut du tigre. Le nom de ces gorges se réfère à la légende qui raconte que, pour échapper à un chasseur, un tigre sauta par dessus le fleuve en son point le plus étroit (tout de même large de 25 à 30 m). Le fleuve Yang Tsé dans ces gorges est le point le plus rapide, il serpente entre deux montagnes, le mont Haba à 5398 mètres et le mont Yulong à 5596 mètres d’altitude. En chemin nous nous arrêtons pour admirrer au bord de la route le fleuve Yang Tsé serpenté à travers la montagne. Nous arrivons vers midi au départ du chemin qui monte vers les gorges. Il faut pour poursuivre le chemin dans ces gorges payer un droit d’entrée. Après plus de deux heures de marche en montant, nous arrivons à une auberge pour le déjeuner. Le temps s’éclaircie de plus en plus et nous pouvons apercevoir les premiers sommets du mont Yulong qui culmine à plus de 5596 mètres d’altitude. Personne n’a réussi encore à gravir cette montagne, une équipe chinoise a essayé de le faire il y a quelques années, mais ils sont tous morts. Quand on voit la paroi vertigineuse (entre le sommet et le bas du fleuve, la paroi s’étend à plus de 3900 mètres de hauteur) on se demande comment peut-on faire pour arriver au sommet de cette montagne. Nous arrivons en fin d’après midi au premier refuge TeaHorse dans les gorges. Le temps est totalement clair et il nous quittera plus jusqu’à la fin du séjour. Nous voyons les magnifiques pics s’élancés vers le ciel et avec la lumière du jour qui baisse, c’est encore plus beau !

Album de photos : 1er jour dans les gorges du Tigre

dsc_9060.tbDimanche 18 novembre 2007 : La randonnée de ce jour était un peu périlleuse. Nous continuons le chemin dans les gorges du saut du Tigre, en passant sur des petits chemins creusés par les Naxis dans la montagne. Ce chemin passe par des endroits assez périlleux et quelque fois il fait seulement un mètre de largeur. D’un côté la falaise plong à plus de 1000 mètres plus bas vers le Yang Tsé, et de l’autre se trouve des canaux d’irrigation que les Naxis ont creusés pour rendre fertile leurs terres dans les hauteurs. Nous arrivons en fin de matinée à la prochaine auberge Tina qui a été construite à flanc de falaise. Cette auberge est plus moderne et plus confortable que celle de la veille. L’après-midi nous avions quartier libre pour nous reposer. J’ai profité de cette après midi avec deux de mes amis, et comme nous étions pas trop fatigué par la marche, nous sommes partis explorer plus d’avantage le coin. Nous avons continué la route un peu plus loin et nous avons trouvé un chemin qui descend 500 mètres plus bas vers le fleuve Yang Tsé. Nous avons donc pris les dernières photos du fleuve et nous sommes remontés par le même chemin à la route pour rentrer à l’auberge. La montée était un peu plus difficile et fatiguante, en plus il faisait chaud !

Album de photos : 2ème jour dans les gorges du Tigre

dsc_9129.tbLundi 19 novembre 2007 : Nous devons sortir des gorges du Tigre et reprenons le bus pour une heure de route environ vers le village de Heka. La route est difficile et périlleuse, nous remarquons qu’il y a eu autrefois de nombreux éboulis et le chauffeur doit faire très attention sur ces passages délicats. A la sortie de la montagne, nous nous arrêtons pour commencer la randonnée la plus longue du séjour, nous avons dû faire certainement plus de 15 kilomètres. Nous logeons le Yang Tsé vers le nord pour arriver au village de Haba, en chemin nous traversons de magnifiques villages Naxis et beaucoup de cultures en terrasses. Vers le nord la nature est beaucoup plus arride qu’au départ de notre randonnée. Nous arrivons en fin de journée à l’auberge tenue par une Naxi qui est très active et qui fait tout dans cette auberge pour accueillir le mieux possible ses convives. Le soir où nous sommes arrivés l’auberge était pleine, nous remarquons de nombreux chinois qui se préparent à une expédition pour gravir le mont Haba. Cette auberge est en fait le point de départ pour de nombreuses expéditions vers cette montagne. Beaucoup de photos sont accrochées dans le salon de l’auberge et nous retracent les nombreuses ascensions qu’il y a eu dans cette montagne auparavant. Le soir après le dîner les femmes du village se regroupent dans la cour de l’auberge pour une démonstration des danses traditionnelles Naxis. Elles sont habillées aussi du costume tradionnel.

Album de photos : Randonnée dans la campagne

dsc_9243.tbMardi 20 novembre 2007 : Nous partons vers 8h00 pour une petite journée de randonnée. En remontant la vallée nous allons voir de plus près les magnifiques sommets enneigés du mont Haba. Notre charmante aubergiste Yangxulau nous accompagne pour la journée. Elle transporte dans son grand panier de superbes victuailles pour le pique nique. Nous montons donc plus haut vers la vallée, nous allons visiter les nombreux villages d’ethnies différentes et entre autre la minorité des Yis, reconnaissables par les coiffes en noir très larges. Les Yis est une minorité assez importante de Chine, on dénombre plus de 4 millions d’habitants et ils sont répandus dans plusieurs provinces, dont le Yunnan. Celle que nous voyons se trouve dans les montagnes. Nous arrivons vers midi, près d’un petit étang, où nous nous arrêtons pour déjeuner. Yangxulau nous prépare pour ce repas plusieurs produits du terroir Naxis, cuit sur feu de bois que nos deux guides ont préparés. Nous n’avons pas oublié évidemment le saucisson que nous avons ramené de France, bien emballé dans un carton. Après une petite sieste nous redescendons par un autre chemin, en s’arrêtant vers des habitations où nous sommes chaleureusement invités par une famille Yis. Cette famille nous fait visiter leur maison qui est vraiment très simple. Ces maisons sont essentiellement fabriqués en bois et l’intérieur est peu meublé. Il y a seulement une pièce maîtresse : le feu. Nous avons remarqué au moment où nous étions un superbe plat de viandes qui était en train de mijoter. Après la visite de cette famille, nous redescendons à travers de minuscules chemins longeant les champs vers l’auberge où nous allons passés notre deuxième nuit. Le soir avant de se coucher nos guides nous apprennent à jouer à un jeu de société national : le Majong.

Album de photos : Promenade chez les Yis

dsc_9297.tbMercredi 21 novembre 2007 : Nous quittons les gorges du Tigre et les villages des minorités ethniques pour nous diriger vers la dernière étape de notre voyage : Zhongdian. C’est une journée de court transfert qui nous attend. En chemin nous nous arrêtons pour une randonnée dans la campagne et les villages de Naxis pour rejoindre à pied un site sacré pour les Naxis, il s’agit des sources d’eau de Baïshuitai appelé plus communément les « terrasses des Eaux Blanches ». Ce site est assez particulier, se sont des terrasses empilées et recouvertes de calcaire où s’écoule en continue une eau bleue et transparente. Il faut évidemment un billet d’entrée pour visiter ce site, il faut aussi à peu près 10 minutes pour monter par un escalier en bois jusqu’aux terrasses de calcaire. Je trouve que la visite de ces sources d’eau ne vaut pas réellement le détour, par tout ce nous avons vu auparavant, c’est beau, mais sans plus. Nous continuons donc notre route en montant de plus en plus en altitude pour rejoindre la ville de Zhongdian. La route est un peu fatiguante et elle serpente beaucoup dans la montagne.

Album de photos : Les sources d’eau de Baïshuitai

dsc_9385.tbJeudi 22 novembre 2007 : Ce matin nous partons au bout de la ville de Zhongdian (cette ville est aussi appellée depuis quelques année Shangrila) pour aller visiter le monastère du Kham. De loin il ressemble à celui de Lhassa au Tibet, mais en plus petit. Ce grand monastère de la secte des Gelugpas (« bonnets jaunes ») abrite une communauté de plus de 600 moines. En arrivant nous pouvons voir en partie qu’il est en pleine restauration, quelques échaffaudages couvrent une partie de ce grand édifice. Nous commençons donc la visite en escaladant les grands escalier pour arriver à la magnifique place des temples, où nous avons une vue magnifique sur les montagnes avoisinantes. Notre guide chinoi nous offre une visite très intéressante du premier temple où l’intérieur est vraiment superbe, il y a un bouddha immense de plus d’une dizaine de mètres. Dans ce temple il y a aussi plusieurs étages en mezzanine où de nombreux prient en permanence. Le premier temple est le plus récent par rapport au suivants qui remontent à plusieurs siècles. Après la visite du temple, nous continuons dans la campagne en admirrant les belles maisons tibetaines qui nous entourent. Ce sont de grands bâtiments de pierres où l’intérieur se compose d’une immense terrasse en bois avec d’énormes piliers qui la soutiennent. En fin de parcours nous croisons dans un champ quelques Yak noirs très dociles. Nous retournons au centre de Zhongdian où l’après midi libre est consacrée à la visite de la vieille ville. Au milieu se trouve un immense temple construit sur une colline où en haut vous avez une vue magnifique sur toute la ville et jusqu’au monastère du Kham. En fin de soirée nous dînons dans la vieille ville.

Album de photos : Visite du monastère

Album de photos : Visite de la vieille ville de Zhongdian

dsc_9546.tbVendredi 23 novembre 2007 : Nous quittons Zhongdian en reprenant l’avion pour retourner à Kumming. A l’aéroport un autre bus nous attend et il nous emmène directement au musée national des minorités ethniques. Nous visitons ce musée qui a été construit dans les années 90, il retrace l’histoire de ces minorités et ses coutumes. Chaque salle de ce musée est composé d’un thème, la 1ère c’est celle des costumes de toutes les minorités. Ensuite d’autres salles sont composées de la musique traditionnelle, des habitations, du mobilier, etc. Ce musée est bien fait, mais il a un peu vieillit, le batiment commence à se fissurer un peu partout et malheureusement les vitrines sont aussi mal entretenues. Il faut compter environ 2 heures pour visiter ce musée, le billet d’entrée est de 10 yuans. Après la visite nous allons déjeuner dans un restaurant où le décor est une caserne militaire, les serveurs et serveuses sont habillés d’un treillis militaire, c’est assez curieux ! Ensuite nous traversons une nouvelle fois la ville pour aller dans les hauteurs. Nous allons visiter le temple des bambous. Ce temple a une vieille légende, il raconte que le roi du royaume de Dali et son frère sont aller chasser le rhynocéros. Mais quand ils l’ont chassé à la colline du Tableau de jade (Yu’anshan), l’animal a disparu. A la place ils ont vus des moines possédant chacun un bâton en bambou. Quand le roi leur demande s’ils n’avaient pas vu passer le rhynocéros, les moines disparaissent dans les nuages, laissant derrère eux leurs bâtons. Le jour d’après les bambous avaient pris racine dans la terre, laissant une forêt dense. Le roi a ordonné qu’un temple soit construit pour honorer cette rencontre fantastique. Ce temple est célèbre en Chine par les 500 statues Arhat représentant chacune un personnage différent. Ces statues ont été édifiées seulement pendant 7 ans par un maître sculpteur du Sichuan. Ces statues sont vraiment une curiosité de ce temple et sont vraiment magnifiques, c’est à voir absolument !

Album de photos : Le musée ethnique de Kumming et le temple des Bambous

dsc_9609.tbSamedi 24 novembre 2007 : Comme nous avons quelques heures avant de prendre le vol pour rentrer à Paris, nous avons décidé d’aller visiter le parc de Cuihu. Ce parc est le paradis pour les goélands à becs rouges. Ils viennent ici passer l’hivers. Ce qui est très beau, c’est de voir les centaines de personnes masser autour du lac et lancer aux goélands des morceaux de pains. Ceux ci attrappent le pain en vol, c’est magnifique ! Aller voir aussi ce parc pour les nombreux chinois qui se rassemblent pour pratiquer le Tai Shi Shuan, il y a tous les âges. Vous pouvez voir différents groupes exercer cette discipline avec des instruments comme des drapeaux, des bâtons ou des épées. Ce parc est assez grand et comporte de nombreux bassins et petites îles. Il est conseillé de visiter ce très beau parc l’après-midi, car il y a encore plus de personnes qui pratiquent le Tai Shi et la dance. En milieu d’après-midi nous prenons l’avion pour aller à Honk Kong et attendre 5 heures dans ce grand aéroport avant de rentre à Paris.

Album de photos : Le parc de Cuihu

Commentaire sur ce voyage: Ce voyage dans cette partie de la Chine a été vraiment formidable à tous points de vue. Je n’avais pas très envie de voir la Chine comme on l’a connaît : très touristique et plus moderne maintenant. Mais ici c’est encore une Chine très traditionnelle, où les habitants du Yunnan avec leurs nombreuses ethnies vivent encore à l’ancienne. Les paysages, les villes et les campagnes que nos avons traversés sont une curiosité qu’il faut voir absolument en Chine. Et puis je suis ravi aussi d’avoir un peu touché un pays qui me fait révêr depuis longtemps : le Tibet. C’était encore un très beau voyage, avec un groupe très sympathique et toujours bien conduit par l’équipe de Terres d’Aventure.

© Arnaud BERNARD - Visitez le site et donnez votre avis

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Entrez le code de l'image
Captcha :

Accueil > Chine > Chine (région du Yunnan) "Les marches tibétaines" - Novembre 2007