Sicile "Les îles Eoliennes et l'Etna" - Juin 2008 - Le Globe Trotteur
 

Accueil > Sicile > Sicile "Les îles Eoliennes et l'Etna" - Juin 2008

Sicile "Les îles Eoliennes et l'Etna" - Juin 2008

Rédigé par Arnaud - - 1 commentaire

dsc_0072.tbSitué exactement au centre géographique du bassin méditerranéen, cet archipel volcanique rattaché à la province sicilienne de Messine se compose de sept îles dont les plus célèbres sont Vulcano, Lipari, Salina et Stromboli. Constituée d´un étonnant mélange de douceur de vivre, de beauté antique et de puissance sauvage, chaque île est un rocher volcanique que les hommes n´ont pas toujours réussi à domestiquer. Certaines, comme Vulcano et surtout Stromboli, sont des géants assoupis, mais qui ne “dorment jamais que d´un œil”… Plus loin, par temps clair, c´est une grande montagne bien dessinée qui se détache sur le ciel avec un panache de fumée au sommet : l´Etna. Nous sommes donc partis à trois : Pierre, mon frère Laurent et moi-même. Nous avons parcourus les îles, les plus importantes de l’archipel : Lipari, vulcano, Salina, Stromboli et nous sommes montés dans notre dernière étape sur l’Etna

1 – Carte du parcours et informations sur le pays :

sicile.tbDrapeau sicilien :

drapeau_sicilien

Population : 5 164 132 habitants
Superficie : 25 708 km²
Capitale régionale : Palerme
Langue : Italien
Statut politique : région autonome depuis 1946, dotée d’un parlement italien

2 – La préparation :

- Le Vol :

Il y a de nombreuses compagnies qui peuvent vous emmener en Sicile. L’aéroport proche des îles Eoliennes et de l’Etna est celui de la ville de Catane. Nous avons pris une compagnie low-cost d’Air France : Transavia. Le prix du vol nous est revenu à peu près à 170 euros aller et retour. Evidemment pour avoir ce prix, il faut s’y prendre assez tôt pour les réservations.

Si vous souhaitez partir très prochainement pour cette destination, vous pouvez réserver votre billet d’avion directement ci-dessous sur le site de Transavia

- Les formalités :

Ce pays est situé dans l’espace Schengen et dépend de l’Italie, donc une simple carte d’identité suffit pour aller en Sicile.

- Santé/Habillement :

Pour parcourir les îles Eoliennes, l’altitude part de 0 et monte jusqu’à plus de 900 mètres. De bonnes chaussures sont indispensables pour monter, aussi il faut prévoir une petite polaire, l’air et frais et il y a souvent beaucoup de vents. Au niveau des médicaments rien de spécial à prévoir, les médicaments d’usages pour un voyage.

- Nourriture :

Il y a dans toutes les îles de nombreux restaurants siciliens, la cuisine est celle de l’Italie : de succulentes pizzas et de nombreux plats à base de pâtes. Je vous conseille de goûter les petits vins siciliens, une vraie merveille ! Le coût d’un repas n’est pas très cher en Sicile, une pizza et un verre de vin coûtent moins de 10 euros.

- L’argent :

La monnaie en Sicile est aussi l’euro.

3 – Le séjour :

dsc_9858.tbLundi 9 juin 2008 : Nous sommes donc partis le lundi 9 juin 2008, à trois : Pierre, moi (le Webmaster des Randonneurs du 11ème) et mon frère (Laurent). Nous avions rendez-vous tous les trois à la station de Denfert Rochereau pour prendre le bus en direction d’Orly. Nous avons décollé donc vers 10h30 pour arriver sans problème vers midi à l’aéroport de Catane en Sicile. Nous avons attendu quelques heures à l’aéroport pour prendre le bus qui va nous emmener vers le nord de la Sicile, à Milazzo. La route vers Milazzo est assez belle, surtout vers la côte Tyrrhénienne (il y a au dessus de la ville d’Acireale, de magnifiques villas). Peu de temps après nous avons aperçu aussi au loin la botte de l’Italie. Milazzo est donc l’un des ports de départ vers les îles Eoliennes. Nous avons pris vers 18h00 le bateau pour Lipari, la première des îles où nous allions séjourner pendant quatre jours. Nous n’avons pas pris la vedette rapide qui peut nous emmener en une heure envion à Lipari. Donc notre voyage vers Lipari va durer presque 3 heures ! Mais cela aussi vaut la peine, car nous avons pu observer la magnifique côte sicilienne et nous approcher tout doucement vers les îles Eoliennes. Avant d’arriver à Lipari, nous favons fait un petit « crochet » à l’île de Vulcano où quelques passagers sont descendus avant de repartir pour une demi-heure environ vers Lipari. Nous sentions déjà en arrivant vers Vulcano l’odeur des volcans, avec le souffre qui se dégage des entrailles de la terre. Nous sommes arrivés donc à Lipari vers 21h00, où nous nous sommes dirigés vers le haut de la ville, en traversant la magnifique rue principale, où se trouvait notre refuge pour la nuit. Après avoir parlementé avec la charmante propriétaire des lieux (discussion facilitée car Pierre, qui parle vraiment bien l’italien), nous avons passé notre première nuit dans les îles Eoliennes.

dsc_9906.tbMardi 10 juin 2008 : Nous sommes partis vers huit heures pour faire une randonnée au sud de Lipari, nous avons suvi la magnifique côte de cette Île, où nous avons admiré beaucoup d’arbustes fleuris (c’est encore un peu le printemps et la côte est vraiment belle avec ces genêts jaunes et violets). Nous pouvons apercevoir aussi de loin un peu dans la brume la longue côte de Sicile. Avec un peu de difficultés pour trouver le chemin, nous sommes arrivés une heure plus tard au bout de l’île. Nous étions en face de la magnifique île de Vulcano dont son volcan principal est encore actif. Nous avons continué notre chemin pour revenir dans le centre de l’île, nous voulions admirer l’autre partie de la côte, mais le chemin était vraiment difficile et il faisait très chaud (presque 35 degrès !). En fin d’après midi, nous avons décidé de faire une petite baignade dans les eaux bleues des îles Eoliennes (nous nous baignerons pratiquement tous les jours). Après la baignade nous sommes retournés en ville pour visiter un peu les vestiges historiques de Lipari. Nous sommes montés vers la citadelle pour y admirer la cathédrale et visiter une exposition temporaire dédiée à une bienfaitrice de cette île, ayant vécu dans les années 30. En fin de journée, nous sommes redescendus en ville pour y déguster les meilleurs pizzas de la ville en sirotant un joli vin sicilien, délectable !

Album de photos : Ile de Lipari

p1000324.tbMercredi 12 juin 1008 : Le jour suivant nous avons fait une escursion de l’île que nous avons vu la veille : Vulcano. Nous avons pris vers 9h00 le bateau (il y a une compagnie maritime qui sillonne l’ensemble des îles, c’est Siremar) pour passer la journée à Vulcano. 20 minutes plus tard nous acostions à Vulcano, et nous sommes sortis du petit village pour nos préparer à l’ascension du volcan. Prenez votre souffle, car la montée est assez rude jusqu’en haut, mais ce volcan n’est pas très élevé, il fait seulement que 391 mètres. en arrivant là-haut, nous admirons l’île de Lipari depuis Vulcano. Nous avons fait le tour du grand cratère en une heure environ, au bout du volcan nous pouvions apercevoir la côte sicilienne dans la brume. Il ne faisait pas très chaud et il y a toujours beaucoup de vents là haut. Après avoir fait le tour, nous sommes redescendus du volcan et nous sommes aller pique-niquer sur la plage, puis nous avons voulu nous balader de l’autre côté de l’île où la vue est encore plus belle et le sable encore plus noir. En revenant, nous nous sommes arrêtés une nouvelle fois vers la plage où certains courageux prenaient un bain dans les eaux boueuses d’un petit étang (il parait que ces boues ont des bienfaits thérapeutiques). Mais la baignade ne nous disait pas grand chose, barbotter dans cette eau stagnante (beurk !). En fin de journée, nous nous sommes dirigés vers l’embarcadère et avons pris le bateau pour Lipari pour y passer notre 3ème nuit.

Album de photos : Ile de Vulcano

dsc_9942.tbJeudi 13 juin 2008 : Le lendemain, Pierre et moi avions décidés d’aller faire une grande randonnée dans l’île plus au nord : Salina. Nous prenons le bateau où nous contournons Lipari vers le sud pour rejoindre le village de Rinella. Nous commençons l’ascension assez fatiguante du mont : Monte Fossa delle Felci qui culmine à 962 mètres. Nous arrivons au sommet une heure trente après, (pas mal non ?). Nous découvrons un paysage magnifique en face de nous : le Monte del Porri qui culmine lui à 860 mètres et apercevons dans la brume les hautes fumées de Stromboli. Nous redescendons ensuite depuis le sommet de l’île par un un autre chemin pas très facile avec de nombreux points de vues ce qui nous permet de pouvoir admirer le village de Salina quelques centaines de mètres plus bas. En fin d’après-midi, nous retrouvons mon frère Laurent qui nous attendait pour la baignade sur la plage « in » de Canneto à cinq minutes en bus de Lipari.

Album de photos : Ile de Salina

dsc_9998.tbVendredi 14 juin 2008 : Nous quittons enfin notre Bed & Breakfast de Lipari pour aller passer la nuit suivante sur l’île de Stromboli. Nous arrivons après de deux heures de bateau à Stromboli. En chemin, nous faisons une courte escale à l’île de Paranéa pour débarquer des passagers. Nous nous ne sommes pas descendus et avons continué notre croisière vers Stromboli. Arrivés sur place, nos bagages déposés à l’auberge nous sommes partis visiter le beau village de Stromboli. Ici les rues sont très étroites et il n’y a pas de voitures, les seuls véhicules autorisés sont des voitures de golf et des petites motos. Nous sommes retournés vers le centre ville, en chemin nous visitons l’église de Stromboli qui était ouverte. Ensuite nous nous sommes dirigés vers la plage de sable noir, nous avons déjeuné et passé une partie de l’après midi à nous baigner. Nous entendions au loin les grondements du volcan, ce n’est pas très rassurant ! Après quelques heures de plage, nous sommes rentrés à l’auberge pour nous préparer à faire l’escursion du Stromboli. Il est impossible de monter seul et c’est très dangereux de nous approcher du cratère, le Stromboli étant l’un des volcans les plus actifs d’Europe. Il est obligatoire de s’inscrire auprès d’un groupe de guides-vulcanologue experts. Autour de l’église, il y a quelques agences et nous sommes passés par Magmatrek. Pour monter au cratère il est très conseillé de réserver la veille, ils n’acceptent pas de gens le jour même. Pierre avait réservé par Internet le jour de notre montée. Certes le coût est un peu cher : 25 euros, mais ça vaut la peine d’y aller, le spectacle est vraiment fantastique. Seul problème, la montée est souvent incertaine, les guides décident au dernier moment si l’ascension se fera ou pas, car la météo, et l’activité du volcan sont sous surveillance constante. La chance ce soir là était avec nous et nous avons pu partir vers 17h30. Pourquoi si tard ? Parce que la vision de nuit des éruptions est encore plus impressionnante la nuit. La durée est d’environ 5 heures. Nous devons en premier faire l’ascension des 925 mètres qui nous séparent du sommet. L’ascension n’est pas difficile et nous allons d’un pas très lent avec plusieurs pauses au cours de cette montée. Deux heures après, nous arrivons enfin près du cratère, nous devons nous arrêter pendant une heure juste en dessous. Nous pouvons à ce moment-là reprendre des forces et enfin le moment tant attendu arrive, nous voilà au bord du cratère ! C’est un moment magique, on peut voir très nettement les éruptions. Cela commence tout d’abord par un énorme bruit qui vient du centre de la terre, nous avons l’impression d’entendre des éboulements de rochers dans un vacarne assourdissant, même assez angoissant aussi (c’est le même bruit que nous entendions tout à l’heure depuis notre plage, mais d’ici ce bruit est encore plus fort. On est au pied de la bête qui gronde. Depuis la mer nous nous demandions ce que cela pouvait être ?). Peu après une énorme boule de feu a débouché du fond du cratère et s’est élevée à une centaine de mètres de hauteur une flamme gigantesque ! Quel spectacle ! C’était vraiment magnifique ! Malheureusement j’ai peu de photos, car il est très difficile d’en prendre, c’est tellement soudain. Durant une heure nous avons vécu un moment intense, au sommet du Stromboli. Plus rien n’avait d’importance, le vent, la brume, le froid. Pour des raisons de sécurité l’on observait cette scène muni d’un masque sur la bouche pour nous protéger des cendres qui retombent à la surface du volcan et nous portions un casque de type mineurs de fond, obligatoire. L’on pouvait entendre, et voir que dans les entrailles de la terre, il y avait la vie. Nous étions arrivés aux portes de l’Enfer. Celà a été un grand moment pour nous trois. Nous avons commencé notre descente pour retourner vers à la ville. La descente est très facile de nuit, car nous suivions un chemin de cendre jusqu’en bas environ, par contre il y avait beaucoup de poussières et notre masque a été d’une grande utilité. Nous sommes arrivés vers minuit au village de Stromboli avons fêté autour d’un verre de vin local ce moment spécial que nous venions de vivre. Nul besoin de nous bercer, avons dormi comme des biens heureux en rêvant d’images magnifiques de ces éruptions.

Album de photos : Ile de Stromboli

Samedi 15 juin 2008 : Nous sommes partis de Stromboli pour retourner vers la Sicile et nous allions cette fois-ci nous poser pour les deux derniers jours et faire l’ascension d’un autre géant : l’Etna. 3300 mètres. Ce beau voyage va durer toute la journée, nous commençons par une croisière de deux heures de bateau sur une mer d’huile. Nous avons fait escale dans toutes les îles où nous sommes passés, ensuite nous avons pris le train pendant deux heures jusqu’à Catane. Les gens dans le train aiment parler. Pour passer le temps rencontrons de charmants australiens nés à Syracuse, et partis faire fortune à Melbourne. La communauté sicilienne a essaimé partout sur la surface de la terre. Je ne sais même pas s’il n’y a pas de Siciliens sur la Lune ? Je n’ai pas le temps de voir que la côte après Messine vers Catane est très belle. Pas de temps non plus pour visiter Taormina, ou d’autres villes qui mériteraient un autre voyage. Notre but final c’est Nicolosi que nous atteindrons en bus (cette ville est appelée la Porte de l’Etna). et c’est vrai elle est suberbement située face au volcan. Là nous est réservé le meilleur accueil du séjour. Les siciliens sont d’une sympathie incroyable. Pierre est notre passe partout, car il parle italien. Franco le propriétaire de l’auberge et ancien chef de gare de Catane à la retraite nous a « à la bonne » il nous ouvre les portes de sa maison. Surpris de croiser un touriste pouvant tenir une discussion dans la langue de Dante. Nous avons donc été invités comme des rois à dîner avec eux, et à participer à une fête qu’ils avaient préparés pour leurs amis. Nous avons mangé les meilleurs pizzas de notre séjour, elles sont préparées par son fils et attention du peu, faites à la main et cuites dans le four à pain traditionnel, qu’ils avaient construit chez eux. Que demander de mieux ? C’était vraiment gentil de leurs parts de nous avoir invité. Si vous aller l’Etna, je vous conseille d’aller chez eux, vous trouverez leur site Internet en cliquant ICI.

Album de photos : Voyage jusqu’à l’Etna

dsc_0066.tb Dimanche 16 juin 2008 : Au bed and breakfast nous faisons connaissance avec des touristes australiens qui partagent la même auberge que nous. Ils se sont arrêtés pour la même raison que nous, l’Etna. Ils ont une voiture et gentillement se proposent de nous conduire jusqu’au point de départ des escursions sur l’Etna. La visite de ce volcan est très touristique, il y a un grand nombre d’hôtels, de restaurants et de magasins de souvenirs au pied. Vous n’êtes pas obligé de marcher pour faire l’ascension, il y a un téléphérique et des bus 4×4 qui peuvent vous y emmener, mais le coût est assez cher : 40 euros. Nous avions choisi au départ la formule à 60 euros avec ascension presque jusqu’au sommet à 3300 mètres environ avec guides vulcanologues. Malheureusement, nous ne pouvons entreprendre cette ascension jusqu’au cratère car l’activité volcanique du moment est importante, autrement dit dangereuse, et cette formule a été annulée par les guides. Nous nous sommes rabattus sur la version classique, et avons pu faire le tour d’un grand cratère, dont l’éruption datait de 2001. Nous sommes redescendus vers le grand complexe touristique où Pierre et moi avons décidé d’aller faire une petite randonnée autour des nombreux petits cratères de la montagne, sympathique et gratuit. En fin d’après-midi nous sommes retournés à Nicolosi pour passer notre dernière nuit en Sicile et manger notre ultime pizza. Le lendemain sommes revenus à l’aéroport de Catane lieu où nous avions atterri une semaine plus tôt, ponctuel notre avion nous attendait. La boucle était bouclée.

Album de photos : Mont Etna

Commentaire sur ce voyage : La visite des îles Eoliennes est vraiment facile à entreprendre et nettement moins cher, si vous le faite seul. Le prix du séjour tout compris, même avec les extras, nous est revenu à moins de 600 euros chacun. En tout cas, si vous aimez la randonnée et voir de beaux paysages, c’est là-bas qu’il faut y aller. En plus voir des volcans encore en irruption est vraiment unique, il y a peu de volcans dans le monde où il est facile d’approcher au plus près de ces grondements de la terre.

© Arnaud BERNARD - Visitez le site et donnez votre avis

1 commentaire

#1 Jeanne Mermoz a dit :

La Sicile, quelle belle île! Pour notre part nous avons été tout particulièrement séduits par l’Etna et Catane! Selon moi, la réserve naturelle de Zingaro est également une étape incontournable . Voyage Sicile Nomade Aventure

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Entrez le code de l'image
Captcha :

Accueil > Sicile > Sicile "Les îles Eoliennes et l'Etna" - Juin 2008